a
© eurovision-france.fr 2019

En direct de Tel Aviv – Les favoris déçoivent et les outsiders font forte impression

Quatrième jour de répétitions avec un très beau temps sur Tel Aviv. Moins chaud mais plus ensoleillé qu’hier.

C’est dans un paysage d’apocalypse qu’évolue le jeune Croate Roko qui, tout de blanc vêtu, débute sa prestation allongé avec ses ailes en visuel sur le sol, puis il se lève et deux danseurs torse nu avec ailes apparaissent pour lui accrocher des ailes sur le dos. Il chante bien. Oui mais c’est la chanson qui est à ch… me lâche Stéphane au moment où les deux danseurs partent dans les airs à la fin de la chanson (sur le visuel je vous rassure). On ne regrette pas de s’être levés pour ça lance un Ethan très sarcastique et sans doute un peu fatigué… En effet il y a de la fatigue et de grosses proches sous les yeux dans le centre de presse suite à la soirée d’hier, mais pour chacun une soirée magnifique, la meilleure depuis très longtemps, qui a rappelé le bon temps d’Athènes en 2006 pour les plus anciens.

Malte a réussi à reproduire les effets et l’esprit du clip vidéo sur scène. C’est jeune, frais, gai et on prend plaisir à voir et écouter ce titre actuel qui nous fait du bien finalement. Quatre danseurs accompagnent Michela et on aperçoit ça et là de petits caméléons, gimmick de sa chanson. Avec la Croatie on était dans la musique du 20ème siècle avec Malte on est en plein 21ème siècle. Pour la conférence de presse c’est toute la délégation maltaise qui était sur scène (bon ok j’exagère) mais le fait est qu’il n’y avait pas assez de tabourets et que l’animateur de ces conférences de presse, Nadav, a fait l’interview debout.

Puis c’est la Lituanie. Une prestation honnête sans visuel particulier, juste des lumières. Ce n’est pas mauvais et Jurij a de la présence, mais c’est tout à fait oubliable.

Très attendue ici, la Russie a déçu tout le monde sauf moi. Tout est centré sur Sergey Lazarev habillé en blanc et reproduit sur des miroirs disposés tout autour de lui. il y a un miroir à double fond et on retrouve un effet de l’Ukraine 2008.

La conférence de presse m’a permis de signaler à Sergey qu’une de ses chansons avait été utilisée pour une émission quotidienne pendant la Coupe du Monde de foot sur TF1 (ce qui lui a fait plaisir) et de solliciter un mix de ses deux chansons de l’Eurovision qui va devenir viral sur la toile. Mais globalement la cote de la Russie est en baisse.

Place à l’Albanie que je n’ai pas vu et dont on ne m’a pas dit grand chose. A part Ethan à qui elle a visiblement cassé les oreilles. Mais on connait Ethan, ce genre de titre c’est pas sa came. Avec un danseur torse nu ça serait passé pour lui. Jolie prestation norvégienne ensuite, un peu plus sobre qu’à la sélection mais efficace. Craignaient-ils que ça fasse trop kitch ? Alors exit les tambours.

Puis ce fut la tour des Pays-Bas et après la première répétition il semble, d’après Stéphane, que les Hollandais présents sur place aient fait la même tête que les Français à Stockholm après la première répétition d’Amir. Ethan est encore plus tranchant : Il faut tout refaire, mais ils n’ont pas le temps. Oui c’est loupé. Duncan est au synthé et la caméra, à laquelle il jette à peine trois regards, tourne autour de lui, le tout dans des tons où le bleu domine. Vocalement c’est bon, mais il ne dégage rien.

Pas de pouce levé de Duncan pendant le shooting. Il a fait sa chochotte : Non. Mais il nous a fait un beau sourire, alors on lui pardonne.

C’est d’autant plus problématique pour lui que juste après passe la Macédoine du Nord qui est elle très bien. L’émotion passe à travers l’écran et l’interprétation de Tamara Todevska est remarquable. Elle est habillée de vert et derrière elle on a disposé des miroirs (prêtés par la Russie ?). Pendant le pont musical, on aperçoit sur le visuel des images de visages (de son clip ?) en noir et blanc. Le final est sublime et les choeurs qui l’accompagnent (mais qu’on ne voit pas) donnent encore plus d’ampleur à la chanson. Bref, bravo !

Jolie prestation également pour l’Azerbaïdjan avec lasers et petits bras robotisés (on pense à Saint-Marin 2018) et des effets lumineux sur son t-shirt avec un superbe visuel. C’est un bon titre bien chanté par Chingiz seul sur scène qui possède une voix assurée et un physique avantageux. L’Azerbaïdjan a de quoi accrocher un Top 10 voire mieux ! Et ici il est devenu le chouchou. Il faut dire que de chanter le titre israélien de 2010 Millim ça vous attire des sympathies. Mais c’est vrai qu’il est très sympathique aussi.

Alors le bilan de la journée : la Russie et les Pays-Bas ont déçu,et les bonnes surprises sont venues de Malte, de la Macédoine du Nord et de l’Azerbaïdjan. les cartes sont en train d’être rebattues dans cet Eurovision, même si pour nous la Suède est largement devant. Mais on n’a pas encore vu l’Italie … et la France !

 

Share With:
Author

Eurovision 2007, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 Destination Eurovision 2018