a

Eurovision 2021 – Big 5 : Duels annoncés pour la première et … la dernière place !

Jour 8. Déjà une semaine que notre aventure à Rotterdam a commencé (mais qu’est-ce que ça passe vite !) et nous sommes à la veille de l’apothéose de la première moitié de ces quinze jours de l’Eurovision : la cérémonie d’ouverture, le fameux Red Carpet, rebaptisé Turquoise Carpet pour cette édition néerlandaise. Il aura lieu sur la Wilhelminakade, une rue sur la rive gauche de la Meuse, juste à côté du pont Erasmus, sur laquelle de nombreux et grands immeubles ont été construits. Hélas, les accès sont limités à quelques personnes par délégation. On risque d’être loin de la folie des précédentes cérémonies d’ouverture.

Le duo eurovision-france.fr s’est enfin transformé en trio, Olivier nous ayant rejoint ce matin avec déjà sur son planning des interviews programmées, à commencer par celle de la cheffe de délégation française, Alexandra Redde-Amiel que vous découvrirez sur notre page YouTube demain.

En attendant la journée était dédiée au Big 5 et au pays hôte qui faisaient leur seconde répétition individuelle. Le carcan est serré et le rituel de ces secondes répétitions immuable : la délégation entre dans l’aréna au même moment que les artistes sur la scène. Ils s’installent confortablement dans un espace dédié, cette année un des box de la green room. Au moment où la production lance la carte postale suivie dans la foulée du premier essai, un compte à rebours de 20 minutes est lancé pour deux ou trois essais, sauf si un problème technique majeur se produit, et dans ce cas quelques minutes peuvent être rajouteés.

La première prestation était italienne, et elle a suscité l’engouement au point que l’Italie est passée en tête chez les bookmakers avec 22% de chance de l’emporter. Perso je trouve que c’est bien, Fabrice un peu moins, mais je m’interroge : un titre très glam-rock, comme celui proposé par Måneskin, est-il suffisamment grand public pour remporter le Concours ? Réponse samedi prochain.

Place ensuite à l’Allemagne. Toujours aussi frais, coloré et amusant. On passe un bon moment avec Jendrik et je me dis qu’il peut très bien produire son effet auprès du public lors de la finale.

Le Néerlandais Jeangu Macrooy fut le troisième à passer. Là encore la prestation est réussie. Très classe, très colorée et vocalement d’un très bon niveau. Je mettrai sans problème les Pays-Bas dans mon Top 10 personnel. Mais ici c’est plutôt dans le fond de la deuxième moitié du classement qu’on voit terminer les Pays-Bas. C’est bien dommage.

Ce fut le tour de la Française Barbara Pravi, pour deux essais seulement. Elle a réussi à nous mettre les poils et même à tirer une petite larme à certains. Elle vit sa chanson sur scène et nous entraine dans son univers. Vocalement elle est prête. Sauf quelques ajustements au niveau des lumières, tout semble calé pour vendredi et samedi prochain (sans oublier une ultime répétition mercredi). Barbara a perdu sa première place chez les parieurs, mais avec 20% de chance de gagner le Concours, elle figure toujours parmi les favoris. Ce n’est d’ailleurs pas pour nous déplaire, car aborder la finale avec le statut de gagnant potentiel n’est pas un exercice facile.

 

Si Barbara vit sa chanson à fond, le Britannique John Newman semble peu investi par la sienne. On voyait bien qu’il était content d’être là, mais je l’ai trouvé un peu ailleurs, presque indifférent, avec cette sensation que c’est son job, il vient chanter sa chanson et repart juste après, comme pour un ménage dans un supermarché. Le manque d’originalité de la mise en scène n’aide pas non plus ce titre, qui aurait mérité mieux que deux grosses trompettes et quatre danseurs pour le mettre en valeur.

Pour finir, sachez que le mystère de la grosse lune sous laquelle l’Espagnol Blas Cantó interprète Voy a quedarmé est résolu : il s’agit d’un gros ballon gonflé juste avant le début de la prestation. Blas met tout son cœur dans son interprétation pour ce titre qui est un hommage à sa grand-mère décédée du Covid, mais malgré son émotion très visible quand il la chante, la chanson n’arrive pas à marquer, surtout que pour la mise en scène nos voisins ibériques ont opté pour un service minimum : Blas, la grosse lune et un fond de visuel étoilé.

Bref, à l’issue de cette journée, c’est un duel Italie-France que nous annoncent les parieurs. Espérons qu’il connaîtra la même issue que la finale de l’Euro 2000 de football, remportée sur le fil par les Bleus au Stade de Feyenoord de Rotterdam. Tiens, tiens, quelle coïncidence… Ou alors c’est un signe ! Et même si ce n’est que d’un point que nous l’emportons samedi prochain, la victoire sera quand même magnifique.

France et Italie ont d’ailleurs tiré après leur conférence de presse un passage en seconde partie de la finale (positions 14 à 26). En réalité, c’est l’animatrice de cette conférence de presse Samya Hafsaoui qui  a tiré la boule dans le pot à la place des artistes, en raison des gestes barrières. Beaucoup imaginent que Voilà ou Zitti e buoni pourraient très bien être placés en position 26 pour clore la finale. Récemment, l’Italie est déjà passée à cette position en 2015 et 2018 et la France en 2017. Dans un soucis d’équité, la production serait bien inspirée d’y placer quelqu’un d’autre, histoire de faire tourner cette position jugée très stratégique. On remarquera d’ailleurs que c’est la première fois depuis bien longtemps que deux pays du Big 5 figurent parmi les deux premiers des bookmakers à une semaine de la finale.

Mais au sein du Big 5, un autre duel se prépare, entre le Royaume Uni et l’Espagne, car de l’avis général ici, c’est à l’un de ces deux pays qu’est promise la dernière place du classement en finale. Les deux pays ont en plus tiré au sort un passage en première partie de la finale (positions 1 à 13). Il y a fort à parier que la production les placera très tôt dans cette finale. L’Allemagne ayant tiré la seconde partie de la finale, comme la France et l’Italie, les Pays-Bas étant placés depuis 2020 à la position 23, il reste 11 places dans la première partie de la finale et 9 dans la seconde.

Sinon, après des inquiétudes chez les Ukrainiens, suite au coup de fatigue de la chanteuse de Go_A Kateryna Pavlenko, c’est dans la délégation polonaise que le premier cas avéré de Covid s’est déclaré. La Pologne devrait donc être absente de la cérémonie du Turquoise Carpet demain, et la délégation a été mise en quarantaine. Dimanche le centre le presse fait relâche, mais nous serons présent sur le Turquoise Carpet pour vous proposer un bel album photo lundi.

 

Share With:
Author

Eurovision 2007, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 Destination Eurovision 2018