a

Eurovision 2021 – Demi Finale n°2 : Le sans faute des balkans

Nous avons regardé la seconde demi-finale de l’Eurovision dans un centre de presse un peu plus rempli et surtout un peu plus enthousiaste que mardi soir. Cette demi-finale était d’autant plus excitante, qu’à la différence de la première, il y avait beaucoup d’incertitudes. Ils étaient nombreux autour de moi à être contents de ne surtout plus entendre la Lettonie après. Mais était-ce certain ?

Quoi qu’il en soit, une fois terminés les interval acts et clos les votes, l’excitation était à son comble quand Chantal Janzen et Jan Smit ont annoncé le nom des qualifiés : Albanie, Serbie, Bulgarie, Moldavie, Portugal, Islande, Saint-Marin, Suisse, Grèce et Finlande.

Les conférences de presse qui ont suivi se sont déroulées plus rapidement que mardi soir. Les artistes avaient tiré leur ordre de passage avant de faire face aux journalistes et le nombre de questions étaient cette fois strictement limité à trois. On n’apprend rien de ces conférences de presse sauf que leur qualification est « amazing » et qu’ils sont super heureux, ils ont réalisé leur rêve, bla bla bla…

Les Portugais se sont vu interrogés par un média portugais LGBTQ sur l’homosexualité et la prostitution (rappelons que leur chanson évoque l’histoire d’une prostituée), puis sur le fait que leur chanson n’était pas en anglais. Pour les autres, les questions ont été plutôt bienveillantes.

C’est peu après 1h que l’ordre de passage est tombé (voir ci-dessous). La pauvre Chypriote qui a fait la tronche en tirant l’ordre de passage en première partie, ouvrira le Concours et ses chances de le remporter viennent de s’envoler. La production a placé l’Albanie et la Russie dans des positions plutôt inconfortables, respectivement en 2 et 5, comme à Tel Aviv. Visiblement aller à Tirana ou à Moscou n’entre pas dans les vues de l’UER pour les prochaines années. La position 6 de Malte laisse entendre qu’elle n’a pas brillé dans sa demi-finale autant qu’elle le souhaitait. Une victoire semble compromise.

Suisse et Islande ont été placées en fin de première partie. C’est plutôt une bonne chose pour elles.
Le pont qui va de l’Espagne à la Finlande est très moyen, mais les Blind Channel nous réveillent pour aborder un pont beaucoup plus intéressant : Bulgarie, Lituanie, Ukraine et France, qui passe donc en position 20, qui est plutôt de bon augure.

L’Italie se voit attribuer, encore, un bon ordre de passage en position 24, et on aurait aimé que le nouveau Superviseur du Concours, le Suédois Martin Österdahl, n’avantage pas outrageusement son pays en le plaçant dans une position très favorable : 25. Cette position fait grincer des dents ici. Enfin, c’est Saint-Marin qui clôturera cette finale.

Au niveau des bookmakers, tout est encore en évolution. Nous reviendrons sur les derniers pronostics des parieurs demain.

Cet après-midi nous avons suivi la première générale de la finale, dans la salle et sur écran. On a vu pas mal de soucis techniques. Les artistes étaient ni coiffés, ni maquillés, et vocalement c’était plutôt moyen. Sans doute se réservent-ils pour ce soir. Quant au show en lui-même, une fois les 26 chansons entendues, on s’ennuie un peu. Les séquences qui s’enchainent sont certes sympathiques et plairont aux eurofans, avec beaucoup d’anciens gagnants du Concours, mais tout ça a un air de déjà vu. Etait-il utile d’inviter une nouvelle fois Måns Zelmerlöw chanter (en playback ?) Heroes ? Sinon, revoir les Teach In ou Lenny Kuhr fera plaisir aux plus anciens amateurs du Concours. On espère que la finale des jurys que nous découvrirons ce soir sera un peu plus vivante.

Share With:
Author

Eurovision 2007, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 Destination Eurovision 2018