a

Eurovision 2021 – Et si on retournait à l’Est ?

Nous abordons déjà le 11ème jour de cet Eurovision néerlandais, et on réalise que ça passe hélas trop vite. La soirée d’hier s’est achevée avec la seconde répétition générale, celle des jurys. 50% des points ont donc été attribués hier soir. Cette répétition a été marquée par des problèmes techniques récurrents qui ont conduit notamment à un second passage de la Roumanie, de l’Ukraine et de Malte. Trois pays qui repassent dans une demi-finale c’est inédit. Les performances les plus remarquées, et saluées comme il se doit par les journalistes du centre de presse, viennent de trois pays de l’ex-U.R.S.S. : l’Ukraine, la Russie et la Lituanie.

C’est la première fois que nous avons pu profiter du déroulé d’un show à l’écran, et force est de constater que cette première demi-finale est d’un excellent niveau, et certainement la plus compliquée des deux. Le centre de presse était calme et tranquille, ambiance studieuse avec papier crayon pour tous.

Je vous propose de revenir sur nos impressions, pays par pays, dans leur ordre de passage, avec pour chacun une note sur 20 (c’est mon côté prof qui remonte) et leur chance de se qualifier avec quatre appréciations : pratiquement certaine plus de 75%, probable entre 50% et 75%, incertaine entre 25% et 50%, peu probable moins de 25%.

1. Lituanie. C’est idéal pour débuter le programme. Visuellement accrocheuse, la chanson est marquante avec des artistes pétillants qui nous donnent envie de nous lever et de danser avec eux. Bien évidemment le gros du travail est réalisé par le chanteur du trio, Vaidotas Valiukevičius, tout de jaune vêtu, qui nous embarque totalement dans son univers. 16/20. Chance de qualification : plus de 75%.

2. Slovénie. Après les Lituaniens déchainés, place à la Slovène ennuyeuse. Au bout d’une minute de cette ballade on s’endort et on regrette la prestation précédente. Au bout de deux minutes on n’a qu’une hâte : que ça se termine. C’est avec ce genre de morceau qu’on réalise que trois minutes c’est bien long. 4/20. Chance de qualification : peu probable moins de 25%.

3. Russie. Quel charisme cette Manizha ! Sa prestation colorée, mélange de pop, musiques urbaines et musiques traditionnelles fait mouche. Son petit côté impertinent devrait plaire, car, vous l’avez compris, cette artiste est plutôt marginale sur la scène musicale de son pays et pas vraiment en phase avec la ligne sociétale promue par le pouvoir russe actuel. Le final avec le mur de femmes reprenant la chanson avec elle est magnifique et permet au public de comprendre la thématique de la chanson et le pourquoi du début quand Manizha sort de sa robe de babouchka où elle était bien engoncée. La Russie sera sans doute une des surprises de cet Eurovision. 15/20. Chance de qualification : plus de 75%.

4. Suède. Rien à dire c’est propre et c’est beau. C’est l’efficacité suédoise, même si on a le sentiment qu’on a déjà entendu ce genre de chose dans les concours précédents. La perfection technique est cependant atténuée par un artiste qui a certes une belle voix mais qui manque de charisme. Si on compare avec Manizha c’est frappant. Par ailleurs sa façon de bouger penché quand il chante n’est pas très gracieuse. Si on devait parier sur une élimination d’une grosse pointure on miserait bien sur la Suède. Mais bon, avec sa voix, il devrait obtenir un nombre de points des jurys et de son voisin norvégien suffisant pour s’assurer une place en finale même si le public ne suit pas. 14/20. Chance de qualification : probable entre 50% et 75%.

5. Australie. C’est une jolie prestation. Seulement voilà c’est une vidéo et ça se voit. On dirait même avec ses lumières le genre de vidéos diffusées à la télé au bon temps du disco. Son absence à Rotterdam et le désamour du public européen pour l’Australie devraient entrainer son élimination, sauf très forte mobilisation du jury. Mais a-t-on vraiment envie de voir une prestation enregistrée samedi soir ? 13/20. Chance de qualification : incertaine entre 25% et 50%.

6. Macédoine du Nord. Vasil est heureux d’être là, c’est évident et il profite de chaque instant. Il a raison, car il a de fortes chances de se retrouver dans le premier vol pour Skopje mercredi matin. Vocalement il n’y a rien à dire, il est au niveau. Seulement sa ballade, qu’on entendrait bien dans un mauvais Disney ou dans une comédie musicale de second rang, n’a pas la capacité de nous embarquer avec lui. La mise en scène est sobre dans un ciel étoilé marron avec parfois des incrustations. Mais l’ensemble reste assez moyen finalement. Il semble cependant y croire. Alors, souhaitons-lui bonne chance. 10/20. Chance de qualification : peu probable moins de 25%.

 

7. Irlande. La mise en scène est originale, mais pas assez percutante. Pourtant, la prestation est soignée et vaut le coup d’œil, même si elle manque de couleurs. Vocalement Lesley Roy a déçu hier et c’est ennuyeux car c’est certainement auprès des jurys qu’elle avait le plus de chance de récolter des points. Et le voisin britannique ne vote pas dans cette demie. On sent que ça sera compliqué pour Lesley. 12/20. Chance de qualification : incertaine entre 25% et 50%.

8. Chypre. La prestation dansée d’Elena Tsagrinou va marquer cette demi-finale. Le titre est accrocheur et le refrain se mémorise sans problème. Vocalement elle est un peu juste, mais même si sa prestation ressemble beaucoup à celle de Luca Hänni en 2019, ça reste d’un très bon niveau et très bien présenté à l’écran. Moi j’adore ! 16/20. Chance de qualification : plus de 75%.

9. Norvège. Le grand Duduche Tix assume le second degré très kitch de la mise en scène de sa chanson. Je ne vous cache pas que l’idée de voir sa prestation, dans laquelle il se présente comme une sorte de mélange Elvis Presley/Fatal Bazooka entouré de démons en noir, figurer en bonne place dans le bêtisier que le magazine « Quotidien » de TMC nous prépare avec gourmandise, m’agace, car j’aime bien la chanson. L’histoire de ce garçon devra être expliquée aux téléspectateurs pour qu’ils aient connaissance de son parcours et des difficultés qu’il a rencontré depuis tout petit (rappelons qu’il souffre du syndrome de Gilles de la Tourette) et qu’ils comprennent le pourquoi des tics de ses yeux qu’on aperçoit quand il retire quelques instants ses lunettes. Mais il a un côté sympa et ça devrait le faire passer en finale. 12/20. Chance de qualification : probable entre 50% et 75%.

10. Croatie. Bon ben c’est la prestation danse typique de l’Eurovision : une chanteuse, quatre danseurs, des rythmes pops mâtinés de sonorités balkaniques. On connait ça par cœur, mais c’est pour ça qu’on aime l’Eurovision. Bref, l’ensemble n’est pas très original mais sympathique quand même. Personnellement je trouve que le refrain, que j’aime bien, et le couplet, auquel je n’accroche pas, ne se marient pas bien. Si ça passe, ce sera de justesse. 12/20. Chance de qualification : probable entre 50% et 75%.

11. Belgique. Hooverphonic l’assume : ils ne font aucune concession. Le trio vient à l’Eurovision pour faire du Hooverphonic et ne comptez pas sur eux pour faire un truc boom-boom avec ça et là des clins d’œil de Geike Arnaert à la caméra. Ils nous proposent simplement un titre trip-hop qui n’est peut-être pas ce que le grand public appréciera au premier abord. Mais c’est sobre et élégant, et finalement séduisant. Si les jurés sont vraiment professionnels ils doivent donner des points à la Belgique. 14/20. Chance de qualification : probable entre 50% et 75%.

12. Israël. Une prestation dansée sur des rythmes électro-funk bien présentée. Mais là encore pas très originale. Par ailleurs, vocalement Eden Alene n’était pas au Top hier. Et vu le contexte géo-politique actuel, avec l’armée israélienne qui bombarde les Palestiniens de Gaza, il sera difficile de mobiliser le public européen pour qu’il vote Israël ce soir. 10/20. Chance de qualification : incertaine entre 25% et 50%.

13. Roumanie. Gros bug quand ce fut le tour de la Roumaine Roxen de commencer sa prestation. Sa voix en live était décalée par rapport à la bande son, chœurs enregistrés compris, ce qui donnait une impression de fausseté très désagréable. Elle est repassée une seconde fois et même si cette fois c’était bien synchronisé, on avait toujours l’impression qu’elle chantait faux, ou alors c’est sa voix de jeune ado enrhumée ? La signification de la prestation dansée est incompréhensible. Pourquoi ces danseurs (qui pour moi ne servent à rien) la tirent-ils à un moment comme une serpillère ? Et puis, au bout de deux minutes on en a assez de l’entendre chouiner. Si sa base de fans se mobilise elle peut passer. Sinon elle sera logiquement éliminée. 6/20. Chance de qualification : incertaine entre 25% et 50%.

14. Azerbaïdjan. Dernière prestation dansée de la soirée avec un très beau final qui écrase les deux précédentes. On assiste à une rencontre musicale entre Orient et Occident et ça fonctionne divinement bien avec des visuels sublimes donnant d’impression que le Cobra va sortir des flammes et se jeter sur Efendi. Bon travail en gros, même si ce n’est pas non plus original et laisse une impression déjà vu. 13/20. Chance de qualification : probable entre 50% et 75%.

15. Ukraine. Le centre de presse a été unanime : l’Ukraine devrait remporter cette demi-finale des jurys. La prestation nous transporte dans un monde étrange et inquiétant peut-être post-apocalyptique, accentué par le regard inquiétant de Kateryna Pavlenko. Son final quand le rythme s’accélère est fabuleux. La salle de presse était conquise et Go_A fut très applaudi. Faut-il commencer à envisager une victoire ukrainienne ? Si samedi soir le nouveau superviseur exécutif du Concours, Martin Österdahl, qui fait ses classes cette année, tire la tronche au moment où il annonce que les résultats sont disponibles, vous comprendrez qu’on retourne en Ukraine en 2022. 18/20. Chance de qualification : plus de 75%.

Malte

16. Malte. On en était à la quatrième (et définitive) prestation pour Malte hier, ce qui n’est pas bon signe en général. Destiny a laissé tomber sa coiffure coupe au bol façon Mireille Matthieu pour revenir à sa choucroute habituelle. Si la mise en scène n’est toujours pas convaincante, il reste sa voix qui la sauve. Ça passera en finale, mais pour la victoire, on voit mal ce clone mal fini de Netta soulever le trophée samedi. 15/20. Chance de qualification : plus de 75%.

Le spectacle s’est poursuivi avec les interval acts et les répétitions de l’Italie, de l’Allemagne et des Pays-Bas. Il y a un engouement énorme pour les Italiens que j’ai parfois du mal à comprendre, même si je reconnais que leur titre est excellent. Il parait que le rendu à l’écran de Zitti e buoni est très réussi et efficace. Moi je n’y vois qu’une prestation rock certes réussie mais classique. Par ailleurs je trouve qu’ils tirent une gueule d’1km de long. Comme Salvador Sobral à Kiev, ils ont l’air de se faire chier. C’est peut-être de bon augure.

L’Allemagne me plait bien. C’est sympathique mais je vois mal jurys et public se mobiliser pour Jendrik malgré sa jovialité et le côté festif de sa chanson. Son interruption façon DJ à la fin de sa prestation ne sert à rien et même la dessert.

Enfin en ce qui concerne les Pays-Bas, je suis fan, mais je suis l’un des seuls ici. Pourtant ce titre qui mélange gospel et percussions afro-caribéennes est hyper gracieux et la voix de Jeangu le sublime.

Il y a pas mal d’interruptions par les présentateurs qui prennent souvent la parole, ce qui laisse deviner que certains éléments du décor sont difficiles à installer ou à déménager. Les petites vidéos en entracte plairont à tous les eurofans, même si la séquence Eurovision Tutorials de Nikki m’a semblée lourde. Le récap est parfois étonnant, certains extraits ne semblant pas les plus appropriés pour mettre en valeur la chanson.

Le nom des qualifiés a été annoncé par Chantal Janzen et Jan Smit. Finis les Take it away de Jon Ola Sand, place aux You’re good to go de Martin Österdahl. Comme les green room sont installées dans la fosse, le chemin n’est pas long pour remonter sur la scène. Pour l’anecdote les pays faussement qualifiés hier étaient les suivants : Croatie, Suède, Irlande, Roumanie, Slovénie, Belgique, Australie (pour tester la connexion elle a été annoncée à chaque fois), Macédoine du Nord, Lituanie, Chypre.

Au moment où j’écris ce papier, la troisième générale, celle des familles, est diffusée sur les écrans. N’oubliez pas de consulter Le Top 5 des moments à ne pas rater lors de la première demi que vous propose Margaux.

 

Share With:

Passionné du concours depuis toujours ! Depuis 2010 je vis l'Eurovision sur place : Oslo, Düsseldorf, Bakou, Malmö, Copenhague, Vienne, Stockholm, Kiev, Lisbonne. Sans oublier les évènement à Sétubal, Amsterdam et Luxembourg. Je vis des moments incroyables... Entre émissions de télés, interviews, photos, vivre le concours de si près, je le souhaite à tous !