a

Eurovision 2021 : On croise les doigts !

Dans quelques heures l’Eurovision 2021 aura livré son verdict. Si on se fie aux bookmakers, c’est le groupe glam-rock Måneskin qui devrait soulever le trophée sur le coup de minuit et demi grâce à leur titre Zitti e buoni. Si cela se produit, si ce groupe, l’un des espoirs de la scène rock italienne et même européenne, l’emporte, l’Eurovision aura pris un coup de jeune et ceux qui taxent encore l’Eurovision de concours kitch et ringard devront rendre les armes.

Mais peut-on se fier aux bookmakers ? Il y a fort à parier que celui qui suit les cotes depuis le début du mois de mai est devenu fou à force d’observer tous ces pays qui font le yo-yo : Malte, Suisse, France, Italie, Islande, Bulgarie, Ukraine sont montés et descendus au gré des répétitions et des demi-finales et finalement on est un peu perdu. Bien malin celui qui pourra dire avec certitude qui va l’emporter.

Les membres de la presse présents sur place s’accordent à considérer qu’il y a une incertitude incroyable cette année sur le nom du gagnant. Il y aura des surprises c’est évident. Un pays inattendu pourrait même faire un carton auprès du jury, comme l’Autriche en 2018 ou la Macédoine du Nord en 2019. Beaucoup voient les votes des jurys partir dans tous les sens et le scénario d’un futur lauréat qui n’aurait gagné ni le vote des jurys , ni le télévote, comme Jamala en 2016 et Duncan Laurence en 2019 semble être l’option qui est privilégiée ici.

Nous-mêmes ici, à eurovision-france.fr, avons l’impression d’avoir perdu tous nos repères à force d’avoir beaucoup (trop ?) entendu ces chansons.

Donc, l’Italie est le favori en ce samedi. Pourquoi pas. Pourtant, malgré la prestation très réussie des Italiens, nous ne sommes pas convaincus. D’abord parce qu’il s’agit d’une prestation rock certes très bonne, mais tout ce qu’il y a de classique, quelque chose de finalement assez commun que chacun peut voir lors d’un concert. Ensuite, si nous imaginons bien que les jurys, qui se piquent d’apprécier une certaine diversité musicale, vont s’enticher de Zitti e buoni, nous sommes plus réservés sur l’accueil que le public familial qui regarde l’Eurovision, pourrait faire à Damiano David et à ses amis. Tout dépend de la moyenne d’âge des votants et, comme nous n’avons aucune étude sur le sujet, difficile de dire si ces votes du public seront ceux de post-ados ou de quarantenaires. Et en ce qui concerne ses goûts, rappelons que le public avait voté pour les Norvégiens KEiiNO en 2019 et l’Israélienne Netta en 2018. C’est pas vraiment le profil de Måneskin.

La France pointe à la seconde place des parieurs. C’est flatteur et nous place au niveau où Madame Monsieur était en 2018. On sait ce qu’il est advenu. La prestation de Barbara Pravi est très appréciée par la presse étrangère autour de nous. Elle symbolise la chanson française dans ce qu’elle a de plus universellement saluée, celle de Piaf ou d’Aznavour, avec cependant une touche de modernité. C’est peut-être ce que les étrangers attendent de la France, du moins s’ils en attendent quelque chose… On nous dit que nous allons gagner. Toutefois, même si nous avons envie d’y croire, ayant été échaudés par le passé (Madame Monsieur en 2018, Amir en 2016, Amaury Vassili en 2011) nous préférons rester prudents. Cependant, Barbara Pravi ayant convaincu en une soirée le public français et nos jurés professionnels, nous pensons qu’elle la capacité de le faire à l’échelle de l’Europe. Voici pourquoi nous ne pouvons pas écarter la possibilité, réelle, d’une victoire française. Il faut y croire, parce qu’on veut aussi rêver pendant quelques instants à cette victoire qui nous fuit depuis 1977. Par ailleurs, cette année est différente de celles que j’ai cité. Il y a un alignement de planètes favorable : bonne chanson, artiste convaincante, superbe mise en scène, bon ordre de passage. Alors oui, pendant trois heures nous allons rêver que Barbara va séduire les Européens et nous ramener le trophée à la maison. La cérémonie des votes risque d’être riche en émotions ce soir. Cependant, l’Eurovision étant imprévisible, et même cruel, il faut nous préparer à toutes les possibilités : un Top 5, inédit depuis 2001, un Top 10 comme Amir en 2016, un échec, comme Madame Monsieur en 2018.

Rappelons-le, selon nous, ce concours est très ouvert, bien plus que ce que laissent entendre les bookmakers. Même si elles ont vu leur cote se tasser, la faute à une mise en scène quelque peu déconcertante, la Maltaise Destiny et le Suisse Gjon’s Tears, chacun dans un registre différent, mais tous les deux avec une voix exceptionnelle, proposent un titre fédérateur, à même de leur permettre d’engranger beaucoup de points, même s’ils passent en première moitié de la finale.

Si surprise il y a, elle viendra peut-être de l’Ukraine. La proposition de Go_A est très réussie. Il se dégage de ce titre quelque chose de captivant et de mystérieux. Mais surtout, le mélange des sonorités électro et slaves fonctionne à merveille et la mise en scène imaginative des Ukrainiens est la valeur ajoutée incontestable de Shum. Il y a quelque chose d’inné dans la capacité de l’Ukraine à nous proposer chaque année à l’Eurovision un très beau tableau et un package réussi.

À moins que la surprise ne soit portugaise. On n’attendait rien de The Black Mamba, qui en plus chante en anglais, une première depuis que le pays participe à l’Eurovision. Et à la première répétition la magie a opéré. Il est évident que les jurys n’ont pu qu’apprécier cette prestation incroyablement élégante portée par des artistes talentueux et expérimentés. Ils nous rappellent The Common Linnets en 2014, avec ce même côté certes un peu vintage mais doux et très soigné. Reste à voir ce que le public en pensera. Du côté de Lisbonne, la montée en flèche du groupe portugais est sans doute en train d’angoisser la RTP qui n’a certainement pas envie d’organiser le concours quatre ans après Lisbonne 2018, qui a laissé le diffuseur sur les genoux.

Enfin, parmi les outsiders nous citerons la prestation électro-funk très 80’s des Islandais, dont nous ne savons toujours pas s’ils se produiront en live ce soir. Daði og Gagnamagnið nous emmène dans son univers complètement déjanté qui ne se prend pas au sérieux et ça marche bien. Il faudra également surveiller la petite Bulgare Victoria pour sa magnifique ballade Growing Up Is Getting Old et les joyeux Lituaniens The Roop et leur titre Discothèque avec sa chorégraphie fun si particulière.

Bref si on compte bien, on en est déjà à neuf potentiels gagnants ! Si vous nous permettez un coup de cœur on ajoutera la Russe Manizha, tellement charismatique, à notre short list qui n’est plus vraiment short. On va s’arrêter là sinon on va finir pas vous dire que les 26 finalistes ont tous leur chance. Cette édition 2021 de l’Eurovision est finalement un excellent cru.

Du côté du Bottom 5, sachant que l’Albanie, la Serbie ou la Moldavie ont un matelas de points assez conséquent pour leur éviter ce Top 5 des perdants (merci les voisins et les diasporas), on ne serait pas étonné qu’on y trouve, encore, quelques membres du Big 5 comme le Royaume Uni, l’Allemagne ou même l’Espagne. C’est la dure loi du concours, sans amis avec des titres moyens, quand on fait partie du Big 5, on finit entre la 21ème et la 26ème place.

Hier soir a eu lieu la finale des jurys professionnels, à laquelle nous avons assisté dans une salle de presse bien clairsemée. On n’y voit pas plus clair après le passage des 26, car les favoris ont pratiquement tous réussi leur prestation. Très belle performance de Malte et de la Suisse, vocalement impeccables. L’enregistrement de l’Islande reste lui tout aussi efficace, mais on regrette leur présence dans ce live. Le point culminant de cette finale se situe aux passages en position 18, 19 et 20, où Lituanie, Ukraine et France, qui se suivent, ont été particulièrement étincelants. On prend une baffe à la première chanson, une autre à la seconde et on finit par un knock out qui nous assomme. L’Azerbaïdjan qui suit en position 21 profite de cet effet qui retombe comme un soufflé avec la Norvège. Puis arrive l’Italie en position 24 ça remonte d’un coup avant de retomber encore avec la Suède.

Tout peut donc arriver ce soir et il faudra avoir le cœur bien accroché pour tenir jusqu’au bout. Très bonne finale à tous !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Share With:
Author

Eurovision 2007, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 Destination Eurovision 2018