a

Eurovision 2021 : Russie, le charisme d’une gagnante ?

C’est toujours avec beaucoup d’émotion qu’on pénètre dans le centre de presse. Un centre de presse bien agencé mais un peu sombre. Très coloré avec les couleurs du logo et un gimmick visuel flashy reprenant les titres des grands succès de l’Eurovision.

Avant d’accéder au saint des saints, il faut avoir passé un test covid. D’abord un test respiratoire et, s’il ne peut donner un résultat sûr à 100%, l’horrible test PCR. Pour Fabrice et moi c’était la loose, on a dû faire le test PCR. Ensuite on attend dans une salle le résultat qui doit arriver par email. Muni du précieux résultat négatif on peut alors avoir notre accréditation activée pour 48h.

C’est une habitude à l’Eurovision, le premier jour des répétitions individuelles on n’a pas de son au démarrage. Donc nous avons vu la Lituanie mais on ne l’a pas entendue et c’est bien dommage. Sinon, la prestation de The Roop est celle qu’on connait de la finale nationale, avec les artistes habillées avec leurs tenues jaunes habituelles, mais avec également quelques effets d’image au début qui vont capter l’attention du téléspectateur. C’est catchy. La Lituanie est prête, et quand on arrive à l’Eurovision et que tout est calé à 99% c’est bon signe.

Place ensuite à la Slovène Ana Soklič, et au son… Habillée de blanc, elle commence au milieu des étoiles jusqu’à ce que la Terre apparaisse,  puis défile avec difficulté le long d’un mur d’images de superbes paysages naturels, et ma foi visuellement c’est plutôt joli, même si elle avance avec difficulté. Sinon elle a de la voix, mais après la Lituanie ça fait un peu vieillot, même s’il y a du travail.

La cote de la Russie devrait monter en flèche, grâce à une prestation haute en couleur et énergique. Visuellement elle a quelque chose cette Manizha, sorte de Diam’s à la mode russe, avec une personnalité de battante. Entourée de 4 choristes (elle n’est pas venue avec des chœurs enregistrés comme la Slovène) elle commence sa prestation engoncée dans une robe traditionnelle dont elle émerge pour se retrouver en combinaison rouge et baskets. Le mélange pop, musiques urbaines et traditionnelles fonctionne bien et lorsque le visuel affiche un mur de visages de femmes chacun peut comprendre la thématique de la chanson. Bref elle coche toutes les cases d’un titre à même de plaire et pas seulement aux femmes.

Le Suédois Tusse a dû avoir fait un casse dans une bijouterie avant de prendre son avion pour Rotterdam. Si sa prestation est en gros la même que celle du Mélo avec quatre danseurs, c’est couvert de joaillerie qu’il se présente sur la scène. Sinon rien à dire, il est prêt. Efficacité suédoise.

Après une pause, on a assisté aux premières répétitions de la Macédoine du Nord. C’est gentil, mais le joli visuel ne masque pas la voix de Vasil (qui s’est visiblement retenu de ne pas envoyer la sauce), habillé en noir, et l’impression d’ennui que dégage cette chanson tout à fait oubliable.

L’Irlande a beaucoup misé sur la mise en scène avec des décors de carton un peu comme ceux de Silvàn Areg dans Destination Eurovision 2019. Mais Lesley Roy parait un peu perdue dans ce décor et pas toujours coordonnée ce qui est ennuyeux car il évolue vite. Puis elle quitte son décor pour s’avancer devant la scène et terminer sa chanson. C’est rapide et la mauvaise coordination chanteuse/décors font que ces effets tombent à plat. L’Irlande doit encore travailler.

Les conférences de presse, appelées Meet & Greet, sont animés par trois journalistes : Hila Noorzai, Koos van Plateringen et Samya Hafsaoui. Chaque Meet & Greet est diffusé en direct. Après un échange entre journaliste et artiste(s) l’assistance est invitée à poser des questions, puis quelques questions des journalistes connectés au centre de presse virtuel sont également posées. Ensuite a lieu un court shooting photo, avant que l’artiste et la délégation ne rejoignent la bubble zone.

Et l’Australie me direz-vous ? On ne l’a pas vue. C’est bien dommage car on aurait aimé que Montaigne fasse le voyage à Rotterdam.

Share With:
Author

Eurovision 2007, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 Destination Eurovision 2018