a
© eurovision-france.fr 2019-2020

Eurovision Junior 2018 – Votez France !

On ne le répètera jamais assez, à l’Eurovision Junior on peut voter pour son propre pays et comme notre chanson est très sympa alors ne nous privons pas. Direction : https://junioreurovision.tv/voting . Vous avez droit à un récap et ensuite pouvez voter pour de trois à cinq chansons. Donc la France et deux à quatre autres.

Ukraine

Cet Eurovision Junior est diffusé ce dimanche à 16h sur France 2. Il y a vingt candidats et la France passe en quinzième position. Quel est l’état des forces en présence après les premières générales ?
Les visuels font leur grand retour et on ne peut que réaliser à quel point ils nous ont manqué à Lisbonne. Ce sont les indispensables supports d’un titre à l’Eurovision dans les années 2010. Et quand ils sont colorés ça donne de jolies photos. Du côté des interprètes c’est appareils dentaires et boutons d’acné à gogo. Mais c’est normal, c’est ça l’ambiance Junior !

Ne manquez pas le début de ce show car en positions 1 et 3 on trouve deux favoris : l’Ukraine et le Kazakhstan. Avec l’Ukrainienne Darina Krasnovetsky et son Say Love on a sans doute la meilleure chanson et la plus actuelle de ce cru, capable de fédérer enfants et adultes (elle conviendrait parfaitement à la Suédoise Ace Wilder). Mais en position 1 , tirée au sort, c’est comme si on la tuait. Idem pour la ballade kazakh Ózińe sen, très bien interprétée par la blonde Daneliya Tuleshova et qui fleure la nouveauté puisque le Kazakhstan fait son entrée dans la grande famille de l’Eurovision avec cette première participation au Junior. Le Kazakhstan nous propose aussi l’un des plus beaux visuels de cette année. Entre les deux, c’est la Portugaise Rita Laranjeira qui a hérité de la position porte-la-poisse numéro 2, idéale pour se débarasser d’un titre dont on n’a que faire…

Kazakhstan

Russie

Viennent ensuite la poupée albanaise Efi Gjika, toute en rose et bouclée (comme Laeticia Hallyday à son mariage) et qui ravira les mamies qui adorent pincer les grosses joues des petites filles, puis la Russe Anna Filipchuk avec son band d’ados habillés en rouge sur fond d’un visuel avec les visages de jeunes enfants russes. Sa prestation est convaincante mais la Russie vient de gagner alors on ne va pas remettre ça tout de suite. Enfin le duo d’amoureux Néerlandais Max & Anne qui visiblement s’aiment comme des grands, la main dans la main.

Ensuite il y a un petit creux avec l’Azerbaïdjan et le Bélarus. De jolies pretations avec danseuses pour la jeune Azérie Fidan Huseynova et danseurs hip-hop pour le Biélorusse Daniel Yastremski, mais pas de quoi d’extasier non plus. En position 9 on trouve l’Irlandais Taylor Hynes qui nous montre combien l’adoslescence peut être une période compliquée pour un jeune garçon. Il est accompagné de deux danseuses. Son IOU est plutôt plaisant et je me surprend à le fredonner. Je n’ai pas grand chose à dire sur la Serbe Bojana Radovanović et le duo italien Melissa & Marco dont la ballade sirupeuse et mièvre représente ce que l’Italie sait faire de pire en matière de musique.

Belarus

Vient en position 12 l’Australienne Jael, en robe robe courte argentée, et son solide Champions, un titre très bien construit et bien produit pour cette jeune fille qui fait bien plus que ses douze ans et qui est déjà quasiment une pro. C’est bien construit et dangereux même si on sait que globalement les Européens n’aiment pas l’Australie.
En position 13 la Géorgienne Tamar Edilashvili qui sait chanter (et même crier) devra renvoyer son styliste qui l’a affublé d’une épouvantable upe longue rouge que même ma grand-mère n’oserait pas mettre. Le Children Like These de l’Israélien Noam Dadon plaira aux amateurs de ballades israéliennes, mais moi je suis plus amateur de ballades balkaniques alors j’ai craqué pour celle de la jolie Macédonienne (du Nord désormais) Marija Spasovska. Doma est un titre doux et enchanteur porté par une jeune artiste à la voix de cristal, qui chante pieds nus (comme Sandie Shaw en 1967, oui je sais ça date).

Entre Israël et la Macédoine il y a la France. C’est le moment où ce Concours Junior se réveille (de l’avis du Président d’Eurofans Stéphane Chiffre). Jolie mise en scène sur fond de Tour Eiffel avec trois jeunes artistes qui forment un trio presque parfait, une petite chorégraphie (à ne pas tenter si on a dépassé 40 ans et les cartilages fragiles) et un titre joyeux et positif qui célèbre l’amitié, Jamais sans toi.

Si une main innocente glissait dans le soda de l’Arménien L.E.V.O.N. qui doit interpréter en position 17 le titre L.E.V.O.N. une petite dose de laxatif à dix minutes de son entrée en scène ça ne nous ferait pas trop de peine. En effet le petit Arménien est redoutable et s’impose sans doute comme l’un des gros favoris de cette édition. En costume vert (ça porte malheur d’habitude, non ?) avec une trompette (ou un clairon ?) il nous livre une prestation efficace et haute en couleur.

Autant dire que la jeune Galloise qui lui succède sur scène n’a pas été gâtée par son ordre de passage en passant juste après L.E.V.O.N.. Avec une jolie mais un peu molle ballade celtique elle aura du mal à sortir du lot. Elle est suivie par une autre ballade, Marchin’ On interprétée par Ela, qui comme toute chanteuse maltaise qui se respecte nous gratifie de longues vocalises. Le programme s’achève avec la performance très réussie de la Polonaise Roksana Węgiel qu’il faudra surveiller d’autant plus que la Pologne réussit toujours très bien au vote du public.

Les interval acts sont sympas avec notamment la performance de la Russe Polina Bogusevich, lauréate l’an passé, et l’interprétation de l’hymne de ce Concours Junior de Minsk Light up par l’ensemble des candidats, moment fort et fédérateur. Bon Eurovision Junior à tous !

Share With:
Author

Eurovision 2007, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 Destination Eurovision 2018